20/06/2010

Découverte de SETE

A peine débarqués de notre car sur le môle Saint Louis et voici que Sète, "la Petite Venise du Languedoc", s’offre à nous avec les façades colorées des quais presque ensoleillés et des bateaux de différents tonnages pour la pêche ou la plaisance.

Une visite détaillée commence alors, pendant laquelle nous allons découvrir avec notre guide l’endroit et l’envers de cette ville, tout autant station balnéaire que port actif (sauf le week end…) aux commerces ouverts en toute saison.
Cette balade nous amène sur les traces de Paul Valéry qui nous attendait paisiblement installé dans son cimetière marin « ce toit tranquille, où marchent des colombes… »

Pique-nique réparateur sur le mont St Clair, d’où la vue porte, selon l’humeur, vers l’étang, la ville ou le grand large et sous la protection de Notre Dame de la Salette.
Vite, vite… Raoul Dufy nous attend dans un musée dont nous sommes les premiers visiteurs après une fermeture de plusieurs mois. La lumière de méditerranée éclate sur les toiles plus sûrement qu’à l'extérieur ou le mauvais temps a fini par nous rejoindre depuis Toulouse.

Nous prenons ensuite possession de nos « quartiers » au Lazaret, centre de vacances récemment rénové et pourvu de nombreuses possibilités de distractions que nous n’aurons bien sûr pas le temps d’ étrenner... et de promesses de baignades que la météo rend plus hasardeuses…Tant pis, mais nous reviendrons.
Repas au restaurant « Les Goélands » cadre agréable, menu typique Sètois bien arrosé. Le retour, qui l'est fort heureusement beaucoup moins, nous donne le temps et la possibilité d’une digestion favorisée par une bonne marche à pied. Cet exercice d’entraînement nocturne a pu être effectué sans avoir à déplorer de pertes au delà de la norme statistiquement raisonnable pour une population de nos âges.

Dimanche matin : pas de grasse matinée ; un beau soleil malgré un vent à « décorner les bœufs » nous pousse à la découverte des canaux en direction du Musée International des Arts Modestes.
De vitrine en vitrine chacun y redécouvre avec une nostalgie partagée « des morceaux d'hier… » Cadeaux Bonux, Coco Boer, pulvérisateur flytox…

L’après-midi est dédié aux retrouvailles avec un « copain » trop vite disparu qui nous parle de sa vie et de son œuvre en utilisant avec efficacité mais sans excès les moyens audiovisuels modernes. Loin de l’image de « l’éternel estivant qui passe sa mort en vacances » décrite dans la « Supplique pour être enterré sur la plage de Sète » on a pu découvrir dans le cimetière du PY la tombe modeste d’un « artisan trousseur de chansonnettes »...

Plan de la Ville de Sète

Aucun commentaire: